Cliquez sur J'aime Alliance essénienne de sauvegarde des animaux

Les bienfaits d’une alimentation végétarienne

Les bienfaits  d’une alimentation végétarienne

Il n’y a aucun danger à ne pas ou plus manger de la viande, une littérature  scientifique abondante démontre que une alimentation végétarienne sont non seulement viables mais une certitude pour une meilleure santé ,la position de l’association américaine de diététique dit que l’alimentation végétarienne et végétalienne bien conçue  sont bonnes et bénéfique comme  la meilleure prévention nutritive pour la prévention  et le traitement de certaines maladies :ce document est publier  dans une grande revue médicale (l’apsares ).
Tout l’intérêt d’une alimentation végétarienne bien menée réside dans sa capacité de prévenir un certain nombre de fléaux  parmi les maladies chroniques qui peuvent être prévenues par une alimentation végétarienne comme l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, les cardiopathies ischémiques, l’hypercholestérolémie , l’hypertension , le diabète de type2 et certains type de cancers notamment du colon et de la prostate… c’est études sont démontrées
On a tous le devoir de se questionner  sur ce que l’on mange de chercher ce qui nous convient le mieux et nous apporte à la fois équilibre plaisir et conscience d’agir en harmonie avec le monde dans lequel on vit.
 
Il est facile d’équilibrer une alimentation  végétarienne  en utilisant 6 groupes  alimentaires majeurs
Légumes, fruits, céréales complètes, légumineuses, (lentilles, pois, pois chiches haricots secs, fèves soja …) fruits oléagineux  (noix, amandes, noisette, noix de cajou, pistaches,…) et graines germées  ou pas ces groupes alimentaires ont fait ses preuves pour prévenir certain fléaux  de santé
Les trois principale sources de protéine, sa composition en acide aminés essentielles est tellement similaire à celle de la viande qu’il est considéré comme le meilleur substitut  parfait.;



       cereale.jpgpxclear.gif  Les céréales constituent une nourriture de base.



Le blé.  Il a supplanté la plupart des céréales cultivées au XIXe siècle grâce à son aptitude à la panification et à la qualité de ses semoules pour la fabrication des pâtes alimentaires. On peut le recommande  à tous ceux qui font des exercices physiques importants.

L'épeautre. C'est l'ancêtre du blé. Il est particulièrement sain et contient moins de gluten.

Les dérivés du blé et de l'épeautre :
Le grain entier non mondé. C'est le plus complet. Il a besoin d'être trempé avant la cuisson. Il est long à cuire (45 à 60 minutes) dans 3 à 4 fois
son volume d'eau.

Le grain mondé. Étant poli, il est plus tendre, mais sa cuisson reste longue (40 minutes environ).

Le boul-gour ou pil pil. C'est un grain germé, séché, précuit et concassé. Facile à assimiler, il a un petit goût sucré tout à fait agréable. Sa cuisson est rapide (10 minutes dans 2 fois son volume d'eau).

Le millet. Moins riche que le blé, il était la nourriture de base des Romains. On le recommande pour les sédentaires, les convalescents et dans les cas d'asthénie. Cuisson 20 minutes dans 2 à 3 volumes d'eau pour 1 volume de céréales. Il s'associe bien avec un légume peu acide (tomates, poireaux).

Le sarrasin. C'est le « blé noir ». Sa teneur en protéines peut dépasser 16 %. Il contient de la lysine, acide aminé et de la rutine qui fortifie les
vaisseaux sanguins. On peut donc le recommander aux personnes ayant une fragilité vasculaire. On le cuit dans 2 fois son volume d'eau.Les galettes de sarrasin sont appréciées par les Bretons.

L'orge. Sa composition est proche de celle du blé. Il est riche en calcium, potassium, phosphore et magnésium. Très digeste, l'orge est nourrissante et diurétique.

Le quinoa. Il pousse sur les hauts plateaux des Andes. Il contient de la vitamine C. Très raffiné d'aspect, il avertit que sa cuisson est terminée par l'apparition du petit point blanc de son germe. Il faut compter 10 à 15 minutes pour le cuire dans 2 volumes d'eau . d'aspect, il avertit que sa cuisson est terminée par l'apparition du petit point blanc de son germe. Il faut compter 10 à 15 minutes pour le cuire dans 2 volumes d'eau .

Le riz. Très sain et très équilibré, le riz complet se cuit en 45 minutes dans 3 fois son volume d'eau. On peut consommer des riz semi-complets plus faciles à cuire et plus digestes. On peut le faire tremper avant de le cuire ou le moudre pour en faire de délicieuses galettes.

Le seigle. Moins riche en protéines que le blé, il échauffe moins. En revanche, c'est la céréale la plus riche en potassium, sodium, calcium et iode. Il est adapté aux sédentaires. Se consomme sous forme de flocons ou de pain.

Le maïs. Choisir les variétés sans manipulation génétique. Il est moins riche en protéines, mais contient plus de lipides et de glucides que les autres céréales. Convient aux personnes nerveuses par ses propriétés calmantes. Se consomme entier. Sa farine sert aux galettes (tortillas). Sa semoule est consommée en polenta.* Il est possible d'agrémenter la plupart des céréales  avec de la levure de bière (riche en vitamines et protéines) .

Analyse nutritionnelle de différentes céréales (pour 100 g)
Max MinÉnergie (kJ)Protéine (g)Lipide (g)Glucide (g)Calcium (mg)Fer (mg)Potassium (mg)Magnésium (mg)Vitamines
B1 (mg)B2 (mg)B6 (mg)E (mg)Acide folique (mg)B3 (mg)
Épeautre 1340 11,5 2,7 69,0 22 4,2 447 130 0,40 0,15 0,27 1,6 0,03 6,9
Orge 1430 11,0 2,1 72,0 38 2,8 444 119 0,43 0,18 0,56 0,67 0,065 4,8
Avoine 1530 12,5 7,1 63,0 79,6 5,8 355 129 0,52 0,17 0,75 0,84 0,033 1,8
Millet 1510 10,5 3,9 71,0 25 9,0 215 170 0,46 0,14 0,75 0,1 0,01 4,8
Maïs 1498 9,0 3,8 71,0 15 1,5 330 120 0,36 0,20 0,40 2,0 0,026 1,5
Riz 1492 7,5 2,2 75,5 23 2,6 150 157 0,41 0,09 0,67 0,74 0,016 5,2
Seigle 1323 8,8 1,7 69,0 64 5,1 530 140 0,35 0,17 0,29 2,0 0,14 1,8
Blé 1342 11,5 2,0 70,0 43,7 3,3 502 173 0,48 0,24 0,44 1,35 0,09 5,1
source wikipédia
 
Les céréales modernes et les redécouvertes des céréales ancestrales
 
le Kamut : Blés des Égyptiens qui n'est pas transformé au fil du temps Amarante: petite céréales des incas très énergétique
Graine de Chia : vient des hauts plateaux des Andes
 
 
fonio:  venue de l'Afrique profonde sésame noir de l'Afrique du nord
 
lin : redécouverte de ses propriétés bienfaisantes surtout en oméga 3 et en fibres

le chanvre :     aux vertus innombrables : le chanvre de contient pas d’allergènes  et ses neufs acides aminés indispensables le classe parmi les meilleures sources de protéines.le chanvre se digère facilement et constitue donc une alternative au soja .très pauvre en graisses saturées il contient  par contre tous les acides gras essentiels pour notre organisme,dont les omégas 3 et 6 . Enfin le chanvre est bon pour l’environnement . Il n'exige ni pesticides ni herbicides;la plante est résistante aux insectes nuisibles et sa culture améliore la qualité du sol.

attention beaucoup de céréales se vendent sous plusieurs formes et d’appellation différents celons les gouts (grillé- mondé- concassé- perlé- brisé etc..) où pour alternatif au lait de vache tous les laits de céréales: lait d'avoine ,lait de riz,lait de coco, lait de d'épeautre, lait de millet, lait d'amande,lait de noisette,lait de quinoa,lait de soja nature ou aromatisé  etc  savoureux et énergétiques, le lait de coco est délicieux aussi dans le café,la crème de soja et la crème d'amande pour cuisiner à utiliser comme alternatif  à la crème de lait

le plancton une autre source de protéines en plein développement et qui sera une source pour l'avenir

 les algues sont reconnues pour leurs  apports protéiques
Parmi les protéines vertes figurent celles des algues (algues brunes, algues rouges, algues vertes ou bleues-vertes) à la teneur en protéines très intéressante. Des algues microscopiques comme la spiruline ou la chlorelle sont de plus en plus utilisées comme compléments alimentaires pour leur richesse en protéines et qui sont très bien équilibrées en acides aminés indispensables.

sans oublier comme alternatif aussi à la viande tous ce qui est " toffu -Seitan -Quorn- le tempeth etc où l'on peut les préparer nature ,grillé ,en sauce comme la viande

les protéines foliaires
il est également possible de s’orienter vers la cueillette de plantes dites sauvages telles que les mauves ,l'égopode ,les amarantes ,l'ortie ,les bourses à pasteur ,l'armoise ,le chénopode blanc ,le pissenlit etc.. elles constituent de véritables pilules vitaminiques riches en protéines complètes de valeur équivalente à celle des œufs et supérieure à celle de la viande. ces plantes étaient largement consommées par nos ancêtres.

Il est important de consommer aussi des fruits et légumes de bonnes qualité comme " de culture Biologique "

Le bio:les aliments naturels cultivés à l'air libre profitent de l'apport des énergies cosmiques dont les variations les enrichissent au gré des différentes lunaisons. les légumes cultivés sous serres ou pire encore dans de véritables usine de culture hors sol privent les végétaux des apports cosmotelluriques dont ils ont besoin . Chacun aura remarqué que ce type de légume n'a ni goût ni saveur Tout comme les animaux ,la terre a besoin de respect, d'amour et de repos ; autrefois,les rotations de cultures et les champs laissés en friche quelques années permettaient à la terre de se régénérer .De nos jours, l'usage de produits chimique est rendu nécessaire par l'épuisement des terres . Il serait temps que les paysans cessent d'être des "exploitants agricole " et reviennent à des modes de cultures compatibles avec la nature ; De nombreuses fermes arrêtent leur exploitation car les paysans ont cessé d'aimer la terre et la terre les chasse. les meilleurs aliments sont ceux que l'on trouve chez les petits producteurs locaux .les cultures intensives,quant à elles laissent dans les végétaux des traces de pesticides . En radiesthésie ,il est possible de se rendre compte de la nature d'un aliment en mesurant ses énergies sur l'échelle en unités bovis . les aliments qui vibrent à des niveaux inférieurs à 13000UB sont énergétiquement insuffisants pour nourrir convenablement les individus .Il consomment davantage d'énergie pour les digérer qu'ils fournissent . A la longue,l'organisme s'épuise et tombe malade...

la biodynamie: forme d'agriculture biologique poussée à l'extrême,qui repose sur la vision de la ferme comme un organisme vivant agricole ,inventée par Rudolf Steiner dans les années 1920, cette méthode a largement recours aux dynamiques lunaire et planétaire,ainsi qu'a l'usage de plantes en lieu et place des produits chimiques. On peut trouver des produits issus de l'agriculturebiodynamique   sous le label Demeter.



La cuisine végétarienne n’est pas austère ni triste c’est une cuisine  simple équilibrée, gourmande, colorée aux saveurs intenses mais différente et  100% végétale ou  de sous-produits animaux comme lait, œufs, fromages.
Plus la nourriture  devient  simple mieux l’organisme l’utilise et l’assimile, d’autant plus  que se sont principalement les végétaux qui irradient les vibrations essentielles  à notre équilibre organique.
Devenir végétarien est une véritable qualité de vie pour vivre mieux et plus longtemps Et surtout.. Tous les animaux devraient avoir le droit de vivre et d’évoluer selon les caractéristiques de chaque espèce, en harmonie avec la nature et avec les êtres humains. De quel droit intervenons- nous dans leur vie ?
 
 
articles sur les bienfaits du végétarisme

 l'importance du végétarisme survie pour notre santé

- Les végétariens ont moins de cancers et de maladies cardio-vasculaires

- Le régime végétarien pour contrôler le poids

- Le soja serait bien protecteur dans le cancer du sein

- Des végétaux qui protègent de la maladie de Parkinson

- Un régime végétarien serait meilleur pour l'humeur

- Un régime végétarien préserve la masse osseuse

- Des fruits et légumes contre les AVC

- Moins de risques de cataracte chez les végétariens

- Régime végétarien: les bienfaits de la créatine sur le cerveau

 

Les végétariens ont moins de cancers et de maladies cardio-vasculaires

  • Les végétariens seraient moins touchés par le cancer et les maladies cardio-vasculairesque les omnivores.
  • Les végétariens ont des habitudes alimentaires bien différentes des omnivores. La caractéristique principale de ce régime est l'exclusion de produits d'origine animale partiellement ou complètement. La plupart des végétariens continuent en effet de consommer des produits laitiers et des œufs. De fait, leurs apports en fibres, fruits et légumes, protéines, graisses saturées et polyinsaturées ont un impact sur la santé.
    Une nouvelle méta-analyse (analyse d'un ensemble d'études) a été publiée ce mois-ci avec pour objectif d'examiner une nouvelle fois le lien entre la pratique du végétarisme et le risque de développer un cancer ou une maladie cardio-vasculaires. Cette nouvelle analyse inclut notamment des données d'une très large étude Européenne intitulée EPIC.
    Les chercheurs montrent dans leur étude que, comparativement aux omnivores, les végétariens ont un risque de mortalité cardio-vasculaire diminué de 29%. Pour le cancer le risque est diminué de 18%. La mortalité toutes causes confondues est plus faible de 9% comparativement aux personnes qui ne sont pas végétariennes. Toutefois les végétariens peuvent êtes victimes de certaines carences alimentaires et une supplémentassion peut s'avérer bénéfique comme le montre cette récente étude sur la vitamine B12 et le système cardiovasculaire.
    D'autres études ont montré que les adeptes du végétarisme étaient moins victimes de l'ostéoporose, probablement parce que ce régime préserve mieux l'équilibre acido-basique. Retrouvez tous nos articles et nos conseils sur le végétarisme en cliquant ici.
    Référence : Huang T, Yang B, Zheng J, Li G, Wahlqvist ML, Li D. Cardiovascular Disease Mortality and Cancer Incidence in Vegetarians: A Meta-Analysis and Systematic Review. Ann Nutr Metab. 2012 Jun 1;60(4):233-240.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le régime végétarien pour contrôler le poids

  • Est-il possible de maigrir en devenant végétarien?
  • Des études démontrent que les végétariens prennent moins de poids que les mangeurs de viande.

m-chou-fleur-carottes-aneth.jpg
 
Si je deviens végétarien, je vais maigrir ? En tout cas ce n’est pas impossible. Car même si ce n’est pas le but premier, de nombreuses études montrent que les personnes en surpoids rétablissent un poids normal en passant au régime végétarien. Le végétarisme est d’ailleurs une aubaine pour les gros mangeurs. En effet, un végétarien absorbe peu de graisses, beaucoup de fibres et peut donc manger plus en grossissant moins.
Parmi les Adventistes du Septième Jour (groupe religieux soumis au régime végétarien), dont 40% suivent une alimentation sans viande, les modes d'alimentation végétarienne ont été reliés à un IMC (indice de masse corporelle) plus bas. Dans une étude sur la santé des Adventistes, qui comparait les végétariens et les non végétariens, l'IMC augmentait en corrélation avec la fréquence de consommation de viande à la fois chez les hommes et les femmes.
Au Royaume Uni, une étude portant sur 4 000 hommes et femmes a comparé la relation entre la consommation de viande et l'obésité. Elle a montré que l’IMC moyen était plus élevé chez les consommateurs de viande que chez les végétaliens.
Dans l’étude [1] sur le végétarisme d’Oxford, des chercheurs ont étudié pendant 5 ans les variations de poids et l’IMC de 21 966 omnivores, végétariens ou végétaliens. La variation de poids est moins importante chez les végétariens et les végétaliens et l’IMC était plus élevé chez les non végétariens que chez les végétariens.
Conclusion : les végétariens et les végétaliens prennent moins de poids annuellement que les mangeurs de viande. La proportion de végétariens qui sont obèses est par conséquent plus basse que celle parmi les non végétariens.
Les facteurs qui peuvent fournir une explication au plus faible IMC chez les végétariens comprennent les différences de teneur en macronutriments (apports moindres en protéines, graisse, et graisse animale), une consommation plus élevée de fibres et de végétaux et une consommation moindre d'alcool.
 

---------------------------------------------------------------------------------------------

Le soja serait bien protecteur dans le cancer du sein

  • Une nouvelle étude semble confirmer un rôle protecteur du soja dans le cancer du sein.
Lundi 30 Avril 2012
 

m-soja2.jpg
 
Plusieurs études ont déjà montré un bénéfice du soja face au cancer du sein, aussi bien en diminuant le risque de développer ce cancer qu'en diminuant le risque de rechute.
Une nouvelle étude prospective a examiné le lien entre la consommation de soja et le risque de décès ou de récidive en cas de cancer du sein sur un groupe de malades Chinois. Sur une durée de suivi moyenne de plus de 4 ans les chercheurs constatent qu'une consommation d'au moins 17,3 mg par jour diminue la mortalité des suites du cancer du sein d'environ 36 à 38%. Un bénéfice observé particulièrement pour les cancers du sein hormonaux dépendants.
Une faible consommation de soja serait donc suffisante pour obtenir des bénéfices : 100 gr de soja apportent environ 30 mg d'isoflavones.

----------------------------------------------------------------------------

Des végétaux qui protègent de la maladie de Parkinson

  • Les aliments riches en flavonoïdes pourraient protéger de la maladie de Parkinson.
jeudi 12 avril 2012
m-fruits-rouges-6.jpg
 
La maladie de Parkinson est une maladie neurologique dégénérative qui se caractérise par des symptômes moteurs à type de tremblements, rigidité des membres et des problèmes d'équilibre.
Les chercheurs de l'école de santé publique de Harvard ont décidé d'évaluer le lien entre la consommation de flavonoïdes et le risque de développer la maladie de Parkinson. Les flavonoïdes sont des substances synthétisées par les plantes qui ont notamment un rôle antioxydant. Ce sont eux qui donnent la plupart des couleurs aux végétaux. Les sources majeures dans notre alimentation sont les fruits et légumes, le thé, le café et le vin rouge.
Pour examiner ce lien les chercheurs ont analysé les données de deux vastes études ayant suivi 49 281 hommes et 80 336 femmes pendant plus de 20 ans. Ils constatent alors que les hommes qui ont consommé le plus de flavonoïdes ont 40% de risque en moins de développer la maladie de Parkinson, comparativement à ceux qui ont consommé le moins de flavonoïdes. Les flavonoïdes associés à la réduction du risque dans cette étude sont ceux du thé, des pommes, des oranges et du jus d'orange, du vin rouge et des baies.
Curieusement cette réduction du risque n'est pas retrouvée chez les femmes. Mais dans une deuxième analyse les chercheurs constatent qu'un type précis de flavonoïdes, les anthocyanes, protège également les femmes avec une réduction du risque de l'ordre de 24% pour les plus grosses consommatrices. Les anthocyanes sont des flavonoïdes présents principalement dans les baies comme les myrtilles, les mûres, les framboises, le cassis mais également les cerises ou le raison noir.
Cette étude est la première à mettre en évidence un lien entre flavonoïdes et maladie de Parkinson, ce qui laisserait supposer que ces substances peuvent jouer un rôle neuroprotecteur. Les chercheurs se réjouissent des résultats mais appellent à ce que de nouvelles analyses et études soient menées pour les confirmer.
Référence : X. Gao, A. Cassidy, M.A. Schwarzschild, et al. Habitual intake of dietary flavonoids and risk of Parkinson disease. Neurology 2012;78;1138; Published online before print April 4, 2012.
--------------------------------------------------------

Un régime végétarien serait meilleur pour l'humeur

  • Une alimentation pauvre en viandes et en poissons améliorerait l'humeur.
  Vendredi 17 Février 2012
 
m-fruits-gp-2.jpg

 
Le régime végétarien est un régime dans lequel on limite la consommation de produits animaux, que ce soit par goût, pour des raisons éthiques ou pour une autre raison. Il en existe différents types qui excluent plus ou moins les produits animaux et dérivés : certains autorisent les oeufs, d'autres le poisson mais ils excluent tous les viandes. Voir tous les types de régimes végétariens dans notre article.
Les différences de comportement alimentaire entre le régime végétarien et omnivore sont nombreuses et ont des conséquences. Si les végétariens ont tendance à manquer d'oméga-3 à longue chaîne (présents dans le poisson), ils ont en revanche une alimentation plus basifiante qui protège les os et moins de risques de syndrome métabolique. Ils ont également des apports plus faibles en acides gras de la famille des oméga-6 (abondants dans les graisses animales)
Les acides gras oméga-3 et oméga-6 ont un impact sur les fonctions mentales. Des chercheurs ont donc voulu tester l'impact de la consommation de viande et de poisson sur l'humeur, dans une étude d'intervention, la première dans son genre. Pour cela ils ont réparti 39 personnes en trois groupes : le premier groupe avait une alimentation omnivore comportant des viandes et du poisson, le deuxième groupe consommait du poisson 3 à 4 fois par semaine en limitant les viandes et volailles et le troisième groupe a suivi une alimentation végétarienne, pauvre en poisson et en viandes.
Après deux semaines tous les participants ont été évalués cliniquement pour leur état de stress et leur humeur. Aucun changement n'a été noté dans le groupe omnivore ou dans le groupe qui a mangé du poisson. En revanche, le groupe végétarien a vu une amélioration significative de son humeur.
L'explication exacte de ces résultats n'est pas connue mais pourrait être en lien avec l'excès d'oméga-6 apportés par les graisses animales.
------------------------------------------------------------------------------------

Un régime végétarien préserve la masse osseuse

  • Les femmes ménopausées qui suivent un régime végétarien préservent leur masse osseuse.
- Lundi 09 Janvier 2012

 
m-panier-legumes-2.jpg

 
Le lien entre l'alimentation et la masse osseuse (un indicateur de la solidité des os) est encore sujet à quelques incertitudes. S'il semble bien établi qu'un régime riche en calcium ou en laitage ne protège pas de l'ostéoporose, l'impact du végétarisme est moins bien connu, en particulier chez les femmes ménopausées qui ne bénéficient plus des hormones protectrices.
Des chercheurs Vietnamiens ont suivi 210 femmes ménopausées pendant deux ans dont 105 suivaient un régime végétarien et 105 suivaient un régime omnivore. La densité osseuse des participantes fut mesurée au début et à la fin de l'étude par une méthode d'imagerie médicale de haute précision, appelée méthode DEXA. Ils ont également mesuré certains paramètres hormonaux comme les taux de vitamine D, de parathormone et noté l'utilisation de médicaments.
Après deux ans de suivi les chercheurs constatent que la perte de masse osseuse est légèrement supérieure dans le groupe qui suit un régime omnivore et que le risque de fracture est identique dans les deux groupes. L'analyse des résultats montrent également que certains facteurs accélèrent la perte de masse osseuse : une consommation élevée de protéines ou de graisses d'origine animale et l'utilisation de médicaments anti-inflammatoires stéroïdiens. On constate néanmoins que les déficits en vitamine D sont beaucoup plus fréquents chez les végétariens que chez les omnivores, un déficit qui pourrait avoir un effet néfaste sur l'os.
Ces résultats confortent ceux que nous exposons dans nos dossiers sur l'ostéoporose et sur l'équilibre acido-basique, pour lequel le régime végétarien semble plus favorable.
-------------------------------------------------------------------------------
 

Des fruits et légumes contre les AVC

  • Une alimentation riche en fruits et légumes les plus antioxydants diminuerait le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC).
Jacques Robert - Lundi 05 Décembre 2011
 
m-fruits-exotiques-gp-1.jpg
 
Une étude Suédoise a suivi pendant plus de 10 ans 31 000 femmes âgées de 49 à 83 ans sans antécédent cardio-vasculaire et 5 700 qui avaient connu une maladie cardio-vasculaire.
Pendant les années de suivi, le premier groupe a connu 1300 accidents vasculaires cérébraux (AVC) contre 1000 dans le deuxième. Simultanément, les chercheurs ont mesuré la capacité antioxydante totale (TAC) de leur alimentation, une mesure permettant d'estimer la capacité des aliments à combattre les radicaux libres.
Les femmes sans antécédent cardio-vasculaire qui consommaient l'alimentation ayant la capacité antioxydante totale la plus élevée ont vu leur risque d'AVC diminué de 17% par rapport au groupe qui consommaient peu d'antioxydants.
Chez les femmes ayant des antécédents, le bénéfice est encore plus marqué, avec une diminution du risque de 57% pour les accidents vasculaires hémorragiques.
Les auteurs de l'étude signalent que les fruits et légumes sont responsables de 50% de la valeur du TAC. Les autres contributions majeures à la capacité antioxydante sont les céréales complètes (18%), le thé (16%) et le chocolat (5%).
Susanne Rautiainen, l'auteur principale explique néanmoins que son étude présente quelques limitations: il semble que le lien entre la valeur de la mesure du TAC des aliments et celle de notre sang ne soit pas véritablement fort. Cela signifierait que ce ne sont pas nécessairement les antioxydants des végétaux eux-mêmes qui seraient à l'origine des bénéfices observés mais d'autres composés. D'autres recherches sont donc nécessaires pour plus de certitude.
-----------------------------------------------------------------------------------
 

Moins de risques de cataracte chez les végétariens

  • Une alimentation végétarienne serait associée à un moindre risque de développer une cataracte.
mercredi 13 avril 2012

m-yeux-vieux-5.jpg
 
Peu, voir pas de viande, beaucoup de végétaux. D’après une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition, les personnes qui suivent un régime de ce type auraient moins de risques de souffrir de cataracte que les gros consommateurs de viande.
Les chercheurs de l’Université d’Oxford, au Royaume-Uni, ont évalué la relation entre régime alimentaire et risque de cataracte. Durant 15 ans, ils ont suivi l’alimentation et l’état de santé de 27670 personnes âgées d’au moins 40 ans.
Résultat : durant l’étude, 1500 personnes ont développé une cataracte. Le risque de cataracte le plus élevé est retrouvé chez les gros consommateurs de viande (plus de 100 grammes par jour). Chez les personnes qui consomment des quantités modérées de viande, ce risque est légèrement réduit. Chez les consommateurs de poisson, il est réduit de 15 %. Chez les végétariens enfin, la réduction du risque de cataracte est plus importante, de l’ordre de 30 à 40 %.
Pour en savoir plus, consultez notre dossier sur les troubles de la vue.


Régime végétarien: les bienfaits de la créatine sur le cerveau

  • D’après une récente étude britannique, les suppléments de créatine permettraient de booster la fonction cérébrale chez les végétariens.
- Jeudi 16 Décembre 2010
 
m-chou-fleur-carottes-aneth-1.jpg
 
Si vous suivez un régime végétarien, la découverte des chercheurs de l’Université de Swansea pourrait vous intéresser. Selon eux, la prise de suppléments de créatine améliorerait la mémoire des personnes qui ne consomment pas de viande.
La créatine est un composé qui se trouve principalement dans les produits animaux comme la viande. Les personnes végétariennes sont donc plus exposées au risque de carence en créatine.
Afin de déterminer l’effet de la créatine sur le cerveau, les auteurs ont suivi128 jeunes femmes qui étaient ou non végétariennes. Durant cinq jours, chaque participante a reçu soit un placebo, soit un supplément de créatine (20 grammes par jour). Par ailleurs, chacune a passé des tests évaluant la fonction cérébrale, au début ainsi qu’à l’issue de l’étude.
Résultat : les suppléments de créatine améliorent la mémoire des personnes végétariennes de 40 %.


Michael Clarke Duncan (star) : « Je suis végétarien »
Le régime végétarien sain du nominé aux Oscars pour La Ligne Verte Michael Clarke Duncan l'aide à rester au meilleur de sa forme. Ayant été la proie de maladies et ayant dépensé des milliers de dollars pour de la viande dans le passé, Michael a inversé la tendance de sa santé en devenant végétarien. Il rejoint Paul McCartney, Pamela Anderson, Emily Deschanel et une longue liste d'autres célébrités en bonne santé et compatissantes dont le mode de vie sans viande aide à sauver la vie des animaux ainsi que la leur.
 
Regardez l'interview exclusive de Michael dans les coulisses avec PETA États-Unis pour entendre son histoire :
Depuis qu'il est végétarien, « Big Mike » a perdu 16 kilos du haut de ses 1,96 m et se trouve en bien meilleure santé. Michael garde sa carrure imposante plus soignée et en meilleure santé en obtenant une grande partie de ses vitamines et nutriments à partir de plantes. Au lieu de se charger en protéines avec des steaks qui bouchent les artères, il mange des fruits, des légumes, des légumineuses comme des haricots secs, des cacahuètes, et du tofu, tout comme les athlètes végétariens Ricky Williams, Mac Danzig, Daniel Bryan et Arnold Wiegand pour n'en citer que quelques-uns. Devenir végétarien a permis à Michael de limiter les risques de rencontrer les plus grands meurtriers, y compris le cancer, les maladies cardiaques, le diabète, et les attaques d'apoplexie.

Engagez-vous à devenir végétarien pendant 30 jours !

Je veux manger mieux, me sentir mieux, et cesser de soutenir la cruauté infligée aux poulets, cochons, vaches et autres animaux élevés pour leur viande. En signant de mon nom, je m'engage à devenir végétarien pendant au moins 30 jours.

31 votes. Moyenne 4.10 sur 5.

© Copyright 2011 Alliance essénienne de sauvegarde des animaux Tous droits réservés