Cliquez sur J'aime Alliance essénienne de sauvegarde des animaux

4000 singes hibou sauvés

Colombie : 4000 singes  hibou sauvages

 Ne Subiront pas d’expériences en laboratoire et resteront dans leur milieu naturelsinge-hibou.jpg


Les associations:  Entropika ,  la Whitley Fund for Nature, Rufford Small Grants, WWF, IPPL et la British Union for the Abolition of Vivisection (BUAV).

Ont menés à cette bonne nouvelle, par un travail long et dangereux

Phase d'action populaire en faveur de la conservation des singes de nuit en Colombie

Le 5 juillet 2012, juge Claudia Elizabeth Lozzi Moreno de la Cour Administrative de Cundinamarca fourni une première décision de première instance contre la fondation d'immunologie  de la Colombie –(FIDIC, le ministère de l'environnement et développement durable de la Colombie et la société pour le développement durable de l'Amazone Sud - CORPOAMAZONIA. L’ Action populaire engagée par Angela Maldonado et l'avocat environnement Gabriel Vanegas, protège les droits collectifs et les intérêts de la société colombienne qui sont violés par les permis accordés à la FIDIC, représentée légalement par le Dr Manuel Elkin Patarroyo,  pour l'étude et la chasse scientifique de Aotus vociferans  (singe de nuit amazonien), utilisé dans la recherche du « vaccin synthétique pour le paludisme dû au Plasmodium falciparum », dans le département d'Amazonas ,Colombie

L’opération de piégeage des singes  en territoire Péruviens qui sont ensuite illégalement vendu au laboratoire de la FIDIC de Colombie le long du fleuve Amazone. Une vidéo  montre les trappeurs en train de traquer des singes hiboux la nuit dans les forêts ainsi que leur méthode pour les capturer: les arbres qui entourent le nid de 2 ou 3 singes sont coupés (radius de 15m a 100m) en laissant seulement un « pont » par lequel les singes sont forcés de traverser. A la fin de ce pont sont placés des filets. Les singes minuscules, incapables de s’échapper,  sont arrachés à leur environnement, terrifiés et en train d’hurler. Ils sont ensuite jetés dans des sacs pour remonter le fleuve jusqu’au laboratoire de l’autre cote de la frontière.Le chercheur Angela Maldonado et l’avocat Gabriel Vanegas  ont présenté des preuves au tribunal supérieur de Cundinamarca, Colombie, d’un trafic illégal et international de l’espèce de singes nocturnes connue sous le nom « d’Aotus nancymaae » qui se trouve uniquement au Pérou et qui est vendue au laboratoire de la FIDIC (Colombie) sans les permis requis. Le laboratoire a un permis pour capturer 800 singes de nuits de l’espèce Colombienne (Aotus vociferans) par an. Les autres preuves démontrent que ce quota est souvent surpassé (jusqu’à 4000 par an). Par ailleurs, la méthode de capture engendre une déforestation alarmante dans cette zone de l’Amazonie. Le laboratoire a fait usage de ce procédé pour maintenant plus de 30 ans. Angela est la directrice de projets de la Fondation Entropika, dont l’enseignement et le travail de recensement avec les communautés locales a permis de réduire la chasse aux singes hiboux sur le fleuve Amazone.

 

Ici le lien de la vidéo (qui montre la capture de ces singes au Pérou et en Colombie : http://www.tayresearch.org/buav%20owl%20monkey%20trapping%20for%20media.php

http://www.entropika.org/documents/lozzi.accion.2011.pdf

 

http://www.entropika.org/documents/lozzi.accion.2012.fallo.en.pdf (traduit en anglais)

Le verdict du tribunal reconnaît les entités convoquées en justice comme coupable de ne pas respecter  leur obligations d’assurer la protection de la biodiversité et l'intégrité de l'environnement et de ne pas se conformer aux engagements internationaux de la Colombie vis-à-vis de la Convention sur le commerce International des espèces menacées de la faune sauvage et la flore – CITES. Le verdict puni également un certain nombre d’irrégularités et d’anomalies, encourues par les mêmes entités, a niveau environnemental, administratif et, en général, anti-juridiques à propos des autorisations accordées  au docteur Patarroyo depuis 1984 ; notamment des irrégularités au niveau des procédures d’autorisation ainsi qu’une violation des obligations et des interdictions du Code des ressources national de la Colombie.

La décision du Tribunal, qui exige la révocation des permis de capture des singes de nuits, est la première étape pour arrêter le commerce illégal de ses singes. Des 4 institutions qui ont été poursuivies, seulement la FIDIC et le ministère de l'environnement on fait appel. L'affaire est donc transférée à un autre tribunal. Cette accomplissement définit un pas en avant en vue de renforcer les lois de protection de l'environnement et de la conservation des ressources naturelles en Colombie, n’aurais pas pu être possible sans le soutien de plusieurs institutions et individus. Nous tenons donc à remercier profondément:

Les institutions de financement : le Whitley Fund for Nature, la Rufford Small Grants, WWF - programme de l'AEPN (Andrea Santy), la International Primate Protection League (IPPL - US): Dr Shirley McGreal et son équipe, et l'Union britannique pour l'Abolition de la Vivisection (BUAV - UK).

Soutien institutionnel et de la campagne : Communautés indigènes Tikuna du Pérou et en Colombie. La société colombienne de Primatologie,  l'Université de San Marcos et CITES, Pérou (Fanny Cornejo et Dr Victor Pacheco). La DuMond Conservancy (Dr Sian Evans), ProWidlife, et la Contraloría del Amazonas (Dr Jairo Osorio - 2011).

Logistics, concepts techniques, publications et autres révisions de documents pertinents : Universidad Nacional de Colombie (Bogota): Claudia Brieva, Prof. Thomas Defler et Marta Bueno. Universidad Javeriana: Dr Manuel Ruiz. Universidad de los Andes: Dr Paul Stevenson. Oxford Brookes University : Professeur Simon Bearder. Le Parc National Amacayacu : Eliana Martinez et Alex Alfonso.

Personnes : Lina Peláez, Xyomara Carter, Dr Bernardo Ortiz, Dr Eduardo Fernandez-duque, Dr Jose Arturo Gutierrez, Martin Stanley, Jaime Maldonado, Thomas Lafon et l’équipe de bénévoles d’Entropika

Permis de recherche: Système de Parques colombien et le ministère de l’agriculture du Pérou.

 singe-hibou1.jpg

Note de l’alliance essénienne de sauvegarde des animaux .org

Le but de cette association est tout à fait noble de préserver les animaux (ici les singes hibou sauvages) dans leur faune milieu naturel en empêchant l’homme brutal et inconscient de les arracher à la mère pour les menés en esclavage. Cette organisation travail bénévolement dans des conditions sans violences difficiles et dangereuses.

Nous les esséniens saluons ce genre d’opération

Pour les soutenir dans leurs œuvres :        http://www.entropika.org/en/donations.html

 

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

© Copyright 2011 Alliance essénienne de sauvegarde des animaux Tous droits réservés